Raie | Guide des espèces

Raie

Raja spp.


www.guidedesespeces.org/fr/raies
  • Atlantique Nord-Est
  • Atlantique Nord-Ouest
  • Mer Baltique
  • Mer Méditerranée
  • Mer Noire
  • Chalut à perche
  • Chalut de fond
  • Filet
  • Trémail
  • Palangre
  • Aucun élevage

 


Dernière mise à jour : janvier 2022

 

 

BIOLOGIE

Raie bouclée (Raja clavata)

  • FAMILLE : Rajidae.
  • TRAITS DISTINCTIFS : Corps losangique, queue colorée de zones transversales alternativement sombres et claires, boucles (grosses épines recourbées à base circulaire) fréquentes sur le dos et sur le ventre.
  • HABITAT : Espèce benthique qui vit sur les fonds de sable, de gravier ou de vase, de la côte jusqu’à 300 m de profondeur (700 m en Méditerranée) ; concentration maximale entre 10 et 60 m.
  • ALIMENTATION : Principalement crustacés et en moindre mesure poissons et vers.
  • MATURITÉ SEXUELLE : Manche, mer du Nord : femelle 80 cm/9 ans. Golfe de Gascogne : femelle 75 cm/9 ans. Méditerranée : 45 cm/4 ans.
  • PÉRIODE DE FRAI : De février à septembre.
  • LONGÉVITÉ : 15 ans.

 

Autres espèces de raie commercialisées sur nos marchés :

  • RAIE FLEURIE (Leucoraja naevus)
    • Fréquente les fonds sableux entre 20 et 250 m de profondeur.
    • Maturité sexuelle : golfe de Gascogne 56 cm/8 ans ; mer d’Irlande 56 cm/4 ans.
  • RAIE LISSE (Raja brachyura)
    • Vit sur les fonds sableux et durs jusqu’à 400 m de profondeur.
    • Maturité sexuelle : mer d’Irlande 84 cm/5 ans (femelle).
  • RAIE DOUCE (Raja montagui)
    • Est présente aussi bien sur les fonds meubles, principalement sableux, mais aussi vaseux, que sur les fonds durs tels que les fonds rocheux.
    • Maturité sexuelle : mer d’Irlande 56 cm/4 ans (femelle).
  • RAIE BRUNETTE (Raja undulata)
    • Préfère les fonds sableux de la côte jusqu’à 200 m de profondeur.
    • Maturité sexuelle : Manche 83 cm/9 ans (femelle).
  • RAIE MÊLÉE (Raja microocellata)
    • Vit principalement sur les fonds meubles de la côte jusqu’à 100 m de profondeur.
    • Maturité sexuelle : mer du Nord et mer Celtique : 78 cm (femelle).

 

Plusieurs espèces de raie en provenance de l’Atlantique Nord-Ouest sont également commercialisées sur nos marchés. La plus fréquente est la RAIE TACHETÉE (Leucoraja ocellata). Taille de maturité sexuelle : 76 cm/12 ans (femelle).

 

 

Raies et requins appartiennent à la même sous-classe des sélaciens.

Les raies présentent une maturité sexuelle tardive et un taux de fécondité faible ce qui les rend très vulnérables à l’activité de pêche.

La raie bouclée pond entre 70 et 170 œufs par an, qu’elle accroche au substrat ; l’éclosion a lieu après 4-5 mois.

 

PÊCHE

Les raies sont des poissons cartilagineux, le plus souvent pêchés au chalut de fond en tant que prises accessoires.

Le principal pays pêcheur de raies au niveau mondial est la France, suivie par les États-Unis. Leurs débarquements proviennent quasi exclusivement de l’océan Atlantique Nord.

La raie bouclée (Raja clavata) est l'espèce de raie la plus pêchée au monde (6 468 tonnes en 2018 soit 29 % de toutes les espèces débarquées) et la majorité de ses débarquements provient de l’Atlantique Nord-Est (5 706 tonnes en 2018).

Les eaux européennes comptent une douzaine d’espèces de raies (parmi plus de 650) faisant l’objet d’une exploitation commerciale. La flotte européenne représente 81,5 % des débarquements mondiaux de raies (18 108 tonnes en 2018).

En France, la Bretagne et la Normandie sont les principales régions de production pour cette famille d’espèces.

En Belgique, la production de raies a atteint son maximum juste après la seconde guerre mondiale avec 5 600 tonnes débarquées par an. Désormais, les débarquements s’élèvent au cinquième de ce niveau (1 241 tonnes en 2019).

En Atlantique Nord-Ouest, les principales espèces ciblées par les États-Unis sont la raie tachetée (Leucoraja ocellata) et la raie hérisson (Leucoraja erinacea).

 

 

 

           

 

 

Les statistiques par espèce sont estimées fiables à partir de 2009.

 

ÉTAT DES STOCKS

Atlantique Nord-Est 

Les données disponibles ne permettent pas d’évaluer avec précision l’état des stocks des différentes espèces de raie, qui se retrouvent sur nos marchés. Les indices de biomasse/abondance et les captures/débarquements sont utilisés pour donner des indications sur l’évolution des stocks. Les avis scientifiques sont donnés sur la base de l’approche de précaution.

 

Méditerranée et mer Noire

L’état des stocks de raies est inconnu. Ces espèces ne sont pas suivies scientifiquement.

 

Stocks américains

Sept espèces de raies vivent sur la côte Nord-Est des États-Unis. Selon la dernière évaluation de la NOAA (4) de 2020.

  • Le stock de raie radiée ou épineuse (Amblyraja radiata) est fortement dégradé mais non surpêché.
  • La grande raie (Dipturus laevis), la raie tachetée (Leucoraja ocellata), la raie hérisson (Leucoraja erinacea), la raie blanc nez (Raja eglanteria), la raie rosette (Leucoraja garmani) et la raie lisse américaine ou raie lissée (Malacoraja senta), sont en bon état.

 

ÉTAT DES STOCKS DES PRINCIPALES ESPÈCES DE RAIES PÊCHÉES PAR LA FLOTTE EUROPÉENNE

 

Raie bouclée (Raja clavata)

 

 

Stock non classifié :

  • Manche Ouest (division 27.7.e)
    • Débarquements globalement en augmentation.
    • Avis scientifique : limite de débarquements pour 2021 et 2022 (≤ 170 t), < à l’avis pour 2020.
  • Côtes Ibériques (division 27.9.a)
    • Indice de biomasse en augmentation.
    • Avis scientifique : limite de débarquements pour 2021 et 2022 (≤ 1 717 t), > à l’avis pour 2020.
  • Mer du Nord, Skagerrak et Kattegat, Manche Est (sous-zone 27.4, divisions 27.3.a et 27.7.d)
    • Stock stable après une très forte augmentation.
    • Avis scientifique pour 2021 : même limite de débarquements qu’en 2020 (≤ 2 237 t), < à l’avis pour 2019.
  • Ouest Écosse (sous-zone 27.6)
    • Stock globalement stable depuis 2010.
    • Avis scientifique : limite de débarquements pour 2021 et 2022 (≤ 137 t), < à l’avis pour 2020.
  • Golfe de Gascogne (sous-zone 27.8)
    • Stock globalement stable.
    • Avis scientifique : limite de débarquements pour 2021 et 2022 (≤ 389 t), < à l’avis pour 2020.
  • Mer d’Irlande, canal de Bristol, nord de la mer Celtique (divisions 27.7.a et 27.7.f-g)
    • Indice de biomasse en forte augmentation.
    • Avis scientifique : limite de débarquements pour 2021 et 2022 (≤ 1 596 t), < à l’avis pour 2020.
  • Banc des Açores, nord des Açores (sous-zones 27.10 et 27.12)
    • Indice d’abondance stable (niveau faible).
    • Avis scientifique pour 2021 : même limite de débarquements qu’en 2020 (≤ 75 t), < à l’avis pour 2019.

 

Raie douce (Raja montagui)

 

 

Stock non classifié :

  • Côtes Ibériques (division 27.9.a)
    • Débarquements faibles, globalement en diminution depuis 2010.
    • Avis scientifique pour 2021 : même limite de débarquements qu’en 2019 et 2020 (≤ 108 t), < à l’avis pour 2018.
  • Mer du Nord, Skagerrak et Kattegat, Manche Est (sous-zone 27.4, divisions 27.3.a et 27.7.d)
    • Stock globalement en augmentation depuis 2003.
    • Avis scientifique pour 2021 : même limite de débarquements qu’en 2020 (≤ 301 t), > à l’avis pour 2019.
  • Ouest Écosse, Ouest Irlande, Sud-Ouest Irlande (sous-zone 27.6, divisions 27.7.bj)
    • Indice de biomasse en baisse récente (niveau faible).
    • Avis scientifique : limite de débarquements pour 2021 et 2022 (≤ 51 t), < à l’avis pour 2020.
  • Golfe de Gascogne (sous-zone 27.8)
    • Stock globalement en augmentation.
    • Avis scientifique : limite de débarquements pour 2021 et 2022 (≤ 129 t), > à l’avis pour 2020.
  • Sud de la mer Celtique, Manche Ouest (divisions 27.7.a et 27.7.e-h)
    • Indice de biomasse stable depuis quelques années et dans la moyenne des derniers décennies.
    • Avis scientifique : limite de débarquements pour 2021 et 2022 (≤ 1 041 t), < à l’avis pour 2020.

 

Raie lisse (Raja brachyura)

 

 

Stock non classifié :

  • Manche Ouest (division 27.7.e)
    • Débarquements globalement en augmentation.
    • Avis scientifique pour 2021 : même limite de débarquements qu’en 2019 et 2020 (≤ 266 t), > à l’avis pour 2018.
  • Côtes Ibériques (division 27.9.a)
    • Biomasse en augmentation.
    • Avis scientifique : limite de débarquements pour 2021 et 2022 (≤ 254 t), > à l’avis pour 2020.
  • Ouest Écosse, mer du Nord (sous-zone 27.6 et division 27.4.a)
    • Débarquements très fluctuants.
    • Avis scientifique 2021 : même limite de débarquements qu’en 2019 et 2020 (≤ 9 t), > à l’avis pour 2018.
  • Mer d’Irlande, canal de Bristol, mer Celtique Nord (divisions 27.7.a et 27.7.f-g)
    • Forte augmentation de débarquements en 2019 (pic de la série). Débarquements stables dans les années précédentes.
    • Avis scientifique pour 2021 : même limite de débarquements qu’en 2019 et 2020 (≤ 716 t), < à l’avis pour 2018.

 

Raie mêlée (Raja microocellata)

 

 

Stock non classifié :

  • Canal de Bristol, nord de la mer Celtique (divisions 27.7.f-g)
    • Biomasse en diminution et proche de son niveau le plus bas.
    • Avis scientifique : limite de débarquements pour 2021 et 2022 (≤ 123 t), < à l’avis pour 2020.
  • Manche (divisions 27.7.d-e)
    • Débarquements en baisse depuis 2016 (légère hausse en 2019).
    • Avis scientifique pour 2021 : même limite de débarquements qu’en 2019 et 2020 (≤ 40 t), > à l’avis pour 2018.

 

Raie fleurie (Raja naevus)

 

 

Stock reconstituable (ou en reconstitution)** :

  • Ouest Écosse, sud de la mer Celtique, Manche Est, golfe de Gascogne (sous-zones 27.6, 27.7 et divisions 27.8.abd)
    • Biomasse globalement en augmentation. Avis scientifique : limite de débarquements pour 2021 et 2022 (≤ 3150 t), < à l’avis pour 2020.

 

Stock non classifié :

  • Côtes Ibériques (division 27.9.a)
    • Biomasse globalement en augmentation.
    • Avis scientifique : limite de débarquements pour 2021 et 2022 (≤ 84 t), > à l’avis pour 2020.
  • Mer Cantabrique (division 27.8.c)
    • ​​​​​Biomasse très variable et en légère augmentation dans ces dernières années.
    • Avis scientifique : limite de débarquements pour 2021 et 2022 (≤ 31 t), > à l’avis pour 2020.
  • Mer du Nord, Skagerrak et Kattegat (sous-zone 27.4, division 27.3.a)
    • Biomasse très variable et en légère augmentation dans ces dernières années.
    • Avis scientifique pour 2021 : même limite de débarquements qu’en 2020 (≤ 139 t), > à l’avis pour 2019.

 

Raie brunette (Raja undulata)

 

 

Stock reconstituable (ou en reconstitution)** :

  • Manche (divisions 27.7.d-e)
    • Biomasse en très forte augmentation. Rejets très importants (93 % en 2015-2019) et taux de survie des rejets estimé fort.
    • Avis scientifique : limite de débarquements pour 2021 et 2022 (≤ 183 t), > à l’avis pour 2020.

 

Stock non classifié :

  • Mer Cantabrique (division 27.8.c)
    • Aucun indicateur disponible.
    • Les scientifiques recommandent aucune pêche ciblée en 2021 et 2022.
  • Côtes Ibériques (division 27.9.a)
    • Recommandent aucune pêche ciblée en 2021 et 2022. Côtes Ibériques : débarquements en baisse en 2019.
    • Avis scientifique pour 2021 : même limite de débarquements qu’en 2019 et 2020 (≤ 31 t).
  • Nord et centre du golfe de Gascogne (divisions 27.8.a-b)
    • Captures plutôt stables et en augmentation en 2019. Rejets très importants (94 % en 2015-2019) et taux de survie des rejets de 49 % pour certaines flottilles.
    • Avis scientifique pour 2021 : même limite de débarquements qu’en 2018, 2019 et 2020 (≤ 13 t).

 

Stock effondré :

  • Ouest Irlande, Sud-Ouest Irlande (divisions 27.7.bj)
    • Biomasse estimée très faible et forte diminution des débarquements en 2019.
    • Les scientifiques recommandent aucune capture depuis 2009.

 

➜ STOCKS D’AUTRES ESPÈCES DE RAIE QUI FRÉQUENTENT L’ATLANTIQUE NORD-EST ÉPUISÉS :

 

Pocheteau gris (Dipturus batis) et pocheteau intermédiaire (Dipturus intermedius)

 

 

État des stocks de pocheteau gris et pocheteau intermédiaire.

Noir : Stock effondré.

 

Stock effondré :

  • Mer du Nord, Skagerrak et Kattegat (sous-zone 27.4, division 27.3.a)
    • Biomasse estimée très faible.
  • Golfe de Gascogne et côtes Ibériques (sous-zone 27.8, division 27.9.a)
    • État inconnu.
    • Les scientifiques n’ont pas été sollicités par la Commission européenne pour établir des recommandations pour ces trois stocks.
  • Ouest Écosse, mer d'Irlande, banc de Porcupine (sous-zone 27.6, divisions 27.7.a-c et 27.7.e-k)
    • État inconnu.
    • Les scientifiques n’ont pas été sollicités par la Commission européenne pour établir des recommandations pour ces trois stocks.

 

Raie blanche (Rostroraja alba)

 

Stock effondré et non classifié :

  • Atlantique Nord-Est (sous zones 27.1-10, 27.12 et 27.14)
    • Biomasse estimée très faible.
    • Les scientifiques ne recommandent aucune capture depuis 2009.

 

Raie radiée (Amblyraja radiata)

 

Stock effondré :

 

  • Mer de Norvège, mer du Nord, Skagerrak et Kattegat (sous-zones 27.2 et 27.4, division 27.3.a)
    • Biomasse estimée très faible.
    • Les scientifiques ne recommandent aucune capture depuis 2016.

 

GESTION DES STOCKS

Atlantique Nord-Est

La pêche des différentes espèces de raies est soumise à un TAC (1) au niveau européen. Ces limites de captures sont décidées sans distinction d’espèces, ce qui ne facilite pas la gestion des stocks. Seules la raie brunette (sous-zones 27.8, 27.9 et divisions 27.7.d-e) et la raie mêlée (divisions 27.7.f-g) bénéficient de TAC spécifiques.

De plus, les différentes espèces de raies ont souvent été commercialisées (et parfois c’est encore le cas) sous le terme générique de Raja spp. sans plus de précision. Cette non-distinction des différentes espèces compromet les statistiques de captures et rend difficile la gestion et donc la protection des espèces menacées, qui sont alors mélangées aux autres. La règlementation de l’UE exige que les espèces autorisées à la pêche doivent être identifiées et reportées sur le carnet de pêche.

 

Pêche interdite

Plusieurs espèces sont interdites de pêche en 2021 aux navires de l’UE sur certaines zones de l’Atlantique Nord-Est, en raison de l’état de leurs stocks :

  • La raie radiée (Amblyraja radiata) de la zone 27.4 et des divisions 27.2.a, 27.3.a, 27.7.d.
  • La raie bouclée (Raja clavata) de la division 27.3.a .
  • La raie brunette (Raja undulata) des sous-zones 27.6 et 27.10.
  • Les espèces de pocheteau (Dipturus batis, Dipturus intermedius) des sous-zones 27.3-4, 27.6-10 et de la division 27.2.a.

Lorsque ces espèces sont accidentellement capturées, elles ne doivent pas être blessées et les individus doivent rapidement être remis à l’eau.

 

 

Atlantique Nord-Ouest

Un plan de gestion a été mis en œuvre en 2003 pour gérer les populations et les stocks de raie de la côte Nord-Est des États-Unis. Ce plan a évolué au fil du temps et comprend désormais une déclaration obligatoire par espèce, l’interdiction de détention à bord de raie radiée (Amblyraja radiata) et de raie lissée (Malacoraja senta) ainsi que des limites de prises annuelles.

 

 

Taille minimale de capture au sein de l’UE

Aucune taille minimale de capture n’est fixée mais l’UE impose un poids minimum de commercialisation de 300 g pour la raie fleurie, la raie douce et la raie bouclée (poisson entier).

 

Réglementation nationale :

  • France : 45 cm (hors raie brunette : 78 cm)
  • Belgique : 50 cm

En Belgique, en 2021, il est interdit de débarquer des espèces autres que la raie lisse, la raie bouclée et la raie tachetée, sur la base d'avis scientifiques.

 

 

CONSOMMATION

Les marchés européens sont approvisionnés principalement en raies issues de pêcheries de l’Atlantique Nord-Est et de la Méditerranée.

Ce sont les nageoires pectorales, très développées chez la plupart des raies, qui sont consommées.

Cette partie charnue de l’animal est maintenue par une ossature cartilagineuse. Les ailes de raies sont commercialisées pelées dans la plupart des cas, fraîches ou surgelées. La raie bouclée est l’espèce la plus recherchée du point de vue gustatif.

 

Les raies font partie des 15 premiers poissons achetés en frais par les ménages français et belges en 2019.

 

 

 • MSC • Deux pêcheries américaines de raie hérisson et raie tachetée opérant en Atlantique-Ouest sont certifiées.


 

 

Pour en apprendre plus sur la vie de la raie, rendez-vous sur le réseau social encyclopédique Fishipedia:

- Raie douce

- Raie lisse

 

 

 

 

 

 

 


 

* Quasi menacée en Méditerranée

** Stock pour lequel le niveau d’exploitation (inférieur à celui permettant le RMD (3)) devrait permettre sa reconstitution si d’autres impacts que la pêche (pollutions environnementales, changement climatique…) ne compromettent pas sa reconstitution.

 

(1) Total admissible de captures

(2) Union internationale pour la conservation de la nature

(3) Rendement Maximum Durable

(4) Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique

ÉLÉMENTS CLÉS

  • Près de 45 % des espèces de raie sont considérées comme « menacées » dans les eaux européennes, selon l’UICN.
  • La faible fécondité et la reproduction tardive rendent les raies très vulnérables à l’activité de pêche.
  • En Atlantique Nord-Est, l’état des stocks est préoccupant pour la plupart des espèces de raies à l’exception de certains stocks de raie bouclée (Raja clavata), raie douce (Raja montagui), raie brunette (Raja undulata), raie fleurie (Leucoraja naevus) et raie lisse (Raja brachyura).
  • En Méditerranée et en mer Noire, l’état des stocks de raies est inconnu.
  • Les espèces de pocheteau (Dipturus batis, Dipturus intermedius), la raie radiée (Amblyraja radiata), la raie bouclée (Raja clavata) et la raie brunette (Raja undulata), issues de certains stocks, sont interdits à la pêche dans les eaux de l’UE.
  • Les raies de l’Atlantique Nord-Ouest pêchées par les Américains sont exploitées de manière durable, exceptée la raie radiée (Amblyraja radiata) qui est surexploitée.
  • Aucune taille minimale de capture n’existe pour les différentes espèces de raie au niveau européen. Des réglementations nationales existent en France et en Belgique.
  • Cette famille d'espèces souffre de différents enjeux : problème de gestion des stocks, enjeux de traçabilité et d'identification de chaque espèce.

RECOMMANDATIONS D'ACHATS

➜ À consommer avec modération :

  • Raie bouclée (Raja clavata) : stock côtes Ibériques, stock mer du Nord, Skagerrak et Kattegat, Manche Est, stock Ouest-Écosse, stock golfe de Gascogne, stock mer d’Irlande, canal de Bristol, nord de la mer Celtique
  • Raie douce (Raja montagui) : stock mer du Nord, Skagerrak et Kattegat, Manche Est - stock golfe de Gascogne - stock sud de la mer Celtique, Manche Ouest.
  • Raie lisse (Raja brachyura) : stock côtes Ibériques.
  • Raie brunette (Raja undulata) : stock Manche.
  • Raie fleurie (Leucoraja naevus) : stock côtes Ibériques - stock Ouest-Écosse, sud de la mer Celtique, Manche Est, golfe de Gascogne, stock mer Cantabrique - stock mer du Nord, Skagerrak et Kattegat.
  • Toutes espèces : tous stocks de la Méditerranée et de la mer Noire.
  • Raie tachetée (Leucoraja ocellata), la grande raie (Dipturus laevis), la raie hérisson (Leucoraja erinacea), la raie blanc nez (Raja eglanteria), la raie rosette (Leucoraja garmani) des États-Unis.

➜ À consommer avec grande modération : 

 

  • Raie bouclée (Raja clavata) : stock Manche Ouest.
  • Raie douce (Raja montagui) : stock côtes Ibériques.
  • Raie lisse (Raja brachyura) : stock Manche, Ouest, stock Ouest Écosse, mer du Nord, stock mer d’Irlande, canal de Bristol, mer Celtique Nord.
  • Raie brunette (Raja undulata) : stock côtes Ibériques, stock nord et centre du golfe de Gascogne.
  • Raie mêlée (Raja microocellata) : stock Manche.

 

Privilégiez les ailes issues d’individus matures ayant eu le temps de se reproduire ; vérifier ce critère auprès de votre fournisseur.

 

Vérifiez le nom latin de l’espèce et son origine avant tout achat. En l’absence de dénomination précise ou de sa zone de pêche et ne disposant pas de la garantie que l’espèce n’est pas interdite, mieux vaut appliquer le principe de précaution en retenant vos achats.

 

À éviter :

  • Raie bouclée (Raja clavata) : stock Banc des Açores, Nord des Açores.
  • Raie douce (Raja montagui) : stock Ouest Écosse, Ouest Irlande, Sud-Ouest Irlande.
  • Raie brunette (Raja undulata) : stock mer Cantabrique, stock Ouest Irlande, Irlande.
  • Raie mêlée (Raja microocellata) : stock canal de Bristol, nord de la mer Celtique.
  • Raie blanche (Rostroraja alba) : tous stocks.
  • Raie radiée (Amblyraja radiata) : stock mer de Norvège, mer du Nord, Skagerrak et Kattegat, stock Manche Est.
  • Raie radiée ou épineuse (Amblyraja radiata), raie tachetée (Leucoraja ocellata) et raie lisse (Malacoraja senta) américaine ou raie lissée (Malacoraja senta) des États-Unis..
  • Espèces de pocheteau (Dipturus batisDipturus intermedius) : tous stocks.
  •  Toutes autres espèces de raie « menacées » (de la liste rouge UICN).