Colin d'Alaska | Guide des espèces

Colin d'Alaska

Theragra chalcogramma


www.guidedesespeces.org/fr/colin-dalaska
  • Pacifique Nord.
  • Chalut de fond
  • Chalut pélagique
  • Aucun élevage

 


Dernière mise à jour : janvier 2022

 

BIOLOGIE 

  • FAMILLE : Gadidae.

  • TRAITS DISTINCTIFS : Corps allongé, barbillon très petit au menton (parfois inexistant), taches ocres sur le dos, ligne latérale courbe bien visible.
  • HABITAT : Espèce démersale qui vit près du fond entre 100 et 500 m de profondeur. Elle fréquente les eaux du Pacifique Nord, de l'Alaska au nord du Japon.
  • ALIMENTATION : Krill, petits poissons et plancton.
  • MATURITÉ SEXUELLE : 30-38 cm (3-4 ans).
  • PÉRIODE DE FRAI : De février à juin.
  • LONGÉVITÉ : 30 ans.

Le colin d’Alaska a un comportement pélagique au cours de ses premières années de vie et devient démersal quand il est sexuellement mature. Il se déplace dans les eaux plus profondes en hiver et dans les eaux peu profondes près des côtes d’Alaska au printemps pour se reproduire et se nourrir. Il se nourrit de plancton, krill, crevettes et petits poissons mais comme beaucoup d’autres poissons, il a des comportements cannibales ; il est son principal prédateur pour la classe d’âge 0 (poissons nés dans l’année).

 

Cette espèce croît rapidement et se caractérise par une importante fécondité. Les femelles peuvent produire jusqu’à 2 millions d’œufs en l’espace de quelques semaines.

 

Le colin d’Alaska joue un rôle fondamental dans l’écosystème du Pacifique Nord car il est une source importante de nourriture pour les phoques et les lions de mer.

 

PÊCHE 

Le colin d'Alaska, également appelé lieu d'Alaska, se déplace en grands bancs à proximité du fond où il est capturé au chalut. Cette espèce est la première ressource halieutique destinée à la consommation humaine dans le monde. Dans les années 80, la production de colin d’Alaska a avoisiné en tonnage la pêcherie minotière d’anchois du Pérou, la plus importante en volume dans le monde (6 758 944 tonnes en 1986). Depuis, les captures ont sensiblement diminué pour se stabiliser à environ 3 millions de tonnes ces dernières années.

La majorité des captures de colin d’Alaska proviennent du Pacifique Nord-Ouest (1 533 760 tonnes en 2018) et en particulier de la mer de Béring. Le poisson est généralement congelé à bord des navires pour être transformé en Chine avant d’être exporté sur le marché européen. Des pratiques de pêche illégale sont régulièrement signalées dans la mer de Béring, principalement dans les eaux russes.

 

 

 

ÉTAT DES STOCKS 

 

 

Stock en bon état (non dégradé et non surpêché) :

  • Stocks d'Amérique 
    • Golfe d’Alaska, Est de la mer de Béring, îles Aléoutiennes et île Bogoslof (zone de pêche FAO 67).
    • Le stock de la mer de Béring orientale est le plus important avec environ 80 % des captures totales.
    • Dans le golfe d’Alaska, deux stocks distincts sont identifiés (stock de l’Est et stock de l’Ouest et du Centre) mais ils sont considérés comme un stock unique, en termes de gestion.
    • Ces stocks ne suscitent pas d’inquiétude et sont exploités de manière durable. (Dernières évaluations en 2018/2019).
  • Stocks du Japon au large de la côte nord-est de Honshu et à l’est de Hokkaido (zone de pêche FAO 61).
    • Biomasse reproductive supérieure à la limite de durabilité. L’exploitation est considérée durable. (Dernière évaluation en 2014).
  • Stocks de Russie mer d’Okhotsk, zone de pêche FAO 61.
    • Ce stock est le principal stock russe en termes de captures. La biomasse reproductive est supérieure à la limite de durabilité.
    • Le taux d’exploitation est compatible avec l’objectif de durabilité. (Dernière évaluation en 2019).

 

Stock dégradé et surpêché:

  • Russie, Ouest de la mer de Béring (zone de pêche FAO 61).
    • Ce stock est parmi les principaux stocks russes en termes de captures.
    • Biomasse reproductive en diminution, légèrement supérieure au seuil limite d’effondrement.
    • Taux d’exploitation mal connu mais surpêche signalée dans cette zone. (Dernière évaluation en 2016).

 

Stock non classifié :

  • Corée du Nord Wonsan Bay (zone de pêche FAO 61).
    • Peu de données existent sur ces stocks mais les informations disponibles indiquent une faible biomasse reproductive en raison d’une forte surpêche dans les années 1975-1997.

 

TAC ET AVIS SCIENTIFIQUES

 

En 2021, les TAC établis pour les stocks américains et russes suivent les avis scientifiques. Les avis scientifiques, en termes de limites de captures pour 2021, sont en hausse comparés à ceux de 2020. Information non disponible pour les stocks japonais et coréens.

 

La Russie et les États-Unis ont signé, le 11 septembre 2015, un accord de coopération pour lutter contre la pêche illégale, non déclarée et non réglementée dans la mer de Béring.

 

GESTION DES STOCKS

La gestion des stocks de colin d’Alaska est du ressort des administrations nationales (ÉtatsUnis, Japon, Russie et Corée). La Convention pour la conservation et la gestion du colin d’Alaska du centre de la mer de Béring a été signée le 16 juin 1994 par la Chine, le Japon, la Corée du Sud, la Pologne, la Russie et les ÉtatsUnis pour réguler les stocks se chevauchant dans le Donut Hole (zone de haute mer entourée des zones économiques exclusives américaine et russe).

 

Stocks américains

  • Les mesures de gestion de ces stocks ont été mises en place par le Conseil de Gestion des Pêcheries du Pacifique Nord à travers un plan de gestion qui a été développé en 1982 pour l’est de la mer de Béring et les îles Aléoutiennes et en 1978 pour le golfe d’Alaska. Ce plan de gestion est mis à jour régulièrement depuis et il comprend des TAC (1), des mesures telles qu’un système de licence, un nombre limité de pêcheurs, des restrictions temporelles, des zones fermées, des obligations de déclaration de captures, des règles en matière d’engins de pêche autorisés et de prises accessoires, des contrôles menés par des observateurs. De plus, des règles spécifiques sont mises en place pour réduire la concurrence que les chalutiers font aux lions de mer, mammifères marins en danger qui se nourrissent de colin d’Alaska. Depuis 2011, de nouvelles mesures ont également été mises en place pour réduire les prises accessoires de saumon sauvage du Pacifique.

Stocks russes

  • Les mesures de gestion de ces stocks comportent des périodes de fermeture des pêcheries, des TAC et une taille minimale de capture (35 cm).

Stocks japonais

  • Une stratégie de gestion pluriannuelle a été mise en place pour ces stocks, incluant des TAC et des évaluations régulières de la biomasse des reproducteurs.

Stocks coréens

  • Peu de données existent sur les mesures de gestion de ces stocks.

 

La Russie et les États-Unis ont signé, le 11 septembre 2015, un accord de coopération pour lutter contre la pêche illégale, non déclarée et non réglementée dans la mer de Béring

 

 

CONSOMMATION 

Les statistiques de consommation reconnaissent rarement le colin d’Alaska : il est souvent inclus dans le large groupe des colins (ou lieus), où l’on retrouve le lieu noir et le lieu jaune. Ne le cherchez pas entier à l’étal du poissonnier : en Europe, il est commercialisé sous forme de filets sans peau ou de portions : en frais, surgelés, natures, panés, ou dans des plats cuisinés. En France, la consommation de colin d’Alaska est d’environ 2 kg/hab./an (équivalent poids vif). La France importe principalement des filets congelés en provenance de Chine, d’Allemagne et des États-Unis et la Belgique principalement des Pays-Bas.

 

 

MSC • Quatre pêcheries sont certifiées. Elles opèrent dans la mer de Béring, les îles Aléoutiennes, le golfe d’Alaska et la mer d’Okhotsk, en utilisant exclusivement des chaluts pélagiques.

 

PROGRAMME ALASKA RFM • La pêcherie de Colin d'Alaska (Alaska Pollock Fishery Client Group) est certifiée depuis 2011.

 

Des volumes importants de colin d’Alaska sont commercialisés en Europe sous forme de filets ou de surimi avec l’écolabel MSC et/ou RFM.

 

 


 

(1) Total admissible de captures

 

ÉLÉMENTS CLÉS

  • Avec environ 3 millions de tonnes débarquées annuellement, le colin d’Alaska est la première ressource halieutique destinée à la consommation humaine dans le monde.
  • Les stocks américains et japonais, ainsi que le stock russe de la mer d’Okhotsk, sont considérés comme exploités de manière durable.
  • Le stock russe à l’ouest de la mer de Béring a longtemps été surpêché et peu de données sont disponibles sur son état d’exploitation actuel.
  • Peu de données sont disponibles sur les stocks gérés par les Coréens, mais la biomasse reproductive ne semble pas être en bon état.
  • Le colin d’Alaska est réputé pour bien résister à la pression de pêche, en raison de ses caractéristiques biologiques : maturité précoce et fécondité importante.

RECOMMANDATIONS D'ACHATS

À privilégier : stocks américains, stocks japonais, stock russe de la mer d’Okhotsk.

 

➜ Pour les produits surgelés il est difficile de vérifier la taille de maturité sexuelle (38 cm) ; vérifiez ce critère auprès de votre fournisseur.

 

À éviter : stocks coréens, stock russe de l’ouest de la mer de Béring.