Thon germon

Thunnus alalunga


www.guidedesespeces.org/fr/thon-germon

 

 
  • Océan Pacifique
  • Océan Indien
  • Océan Atlantique
  • Mer Méditerranée
  • Chalut pélagique
  • Palangre
  • Canne
  • Filet

 


  • Nederlands
  • English
  • Français

Dernière mise à jour : juillet 2018

 

Les principales pêcheries de thon germon se situent dans des eaux tempérées. La population de thon germon de l’Atlantique comprend deux stocks principaux : l’un au nord du 5e parallèle, l’autre au sud du même parallèle. Par ailleurs, il existe un troisième stock distinct en Méditerranée. Le thon germon peut atteindre 30 kg pour une taille de 1,40 mètre à l’âge adulte. Sa longévité est de l’ordre d’une dizaine d’années. Le germon acquiert sa première maturité sexuelle vers 4 ou 5 ans. Il mesure alors 85 cm et pèse aux alentours de 15 kg.

 

Le thon de nos côtes

La principale source de thon germon du marché européen est celle provenant du stock de l’Atlantique Nord-Est. Le poisson est capturé l’été, au stade de juvénile, quand il passe au large des côtes françaises et espagnoles, ainsi que dans les eaux des Açores. Historiquement, le germon était capturé à la canne à l’appât vivant, mais cette pêcherie a presque entièrement disparu à la fin des années 80 pour être remplacée par des techniques plus productives. La pêche de surface de juvéniles et pré-adultes est menée par des chalutiers pélagiques français et irlandais, ainsi que par des ligneurs et des canneurs espagnols. Lignes et cannes représentent 70 % de la totalité des captures du germon du stock de l’Atlantique Nord. La population des germons adultes, au comportement plus pélagique, est exploitée par les palangriers asiatiques aux larges des côtes africaines. La production française est extrêmement saisonnière, avec l’essentiel des débarquements enregistré entre les mois d’août et octobre.

 

Stocks

Le stock de l’Atlantique Nord représente des captures de 25 000 tonnes annuelles et a fait l’objet de surpêche. Il s’est rétablit au milieu des années 1990. Selon les dernières données disponibles (2016), il est estimé comme étant exploité durablement. Pour 2018-2019-2020, la CICTA fixe le niveau de captures à 33 600 tonnes annuelles. Pour respecter ce niveau de captures, il est suggéré de limiter le nombre de navires de chaque pays membre.

Le stock de thon germon de Méditerranée a été évalué en 2017 et semble exploité durablement malgré le manque de données disponibles. Depuis 2011, les scientifiques demandent à la CICTA l’adoption de mesures visant à limiter les captures et la pression de pêche mais il n’y a toujours pas eu de mesures de conservation prises pour ce stock. En 2014, les débarquements déclarés s’élevaient à 2 373 tonnes, la plupart des prises provenant des pêcheries palangrières. L’Italie est le principal producteur de germon de Méditerranée, avec environ 65 % des prises.

Le stock de l’Atlantique Sud : les prises étaient de 24 700 tonnes en 2012 et de 15 000 tonnes en 2015. L’état de ce stock s’est amélioré depuis 2013 et est exploité à un niveau d’exploitation durable. Les TAC 2017-2018 ont été fixés à 24 000 tonnes (même niveau depuis 2012). Néanmoins, la CICTA recommande aux pays pêcheurs d’améliorer le suivi des captures et de leurs déclarations.

Le stock du Pacifique Sud représente un volume de capture de 68 000 tonnes et est pleinement exploité par les palangriers. La pression de pêche, notamment des navires chinois, augmente depuis plusieurs années ce qui met en danger ce stock. La Commission des Pêches pour le Pacifique occidental et central (WCPFC) n’a pas établi de limite de captures pour ce stock qui risque la surexploitation. Elle recommande de limiter la mortalité par pêche en établissant une limite du nombre de bateaux par les pays membres avec une tolérance pour les pays côtiers. Cette limite correspondrait au nombre de bateaux actifs en 2005.

Le stock du Pacifique Nord représente un volume de captures de 65 000 tonnes et est très légèrement surexploité mais la biomasse du stock reproducteur n’est pas affectée. La recommandation de gestion porte sur un gel de la mortalité par pêche au niveau actuel.

Le stock de l’océan Indien est au niveau du Rendement Maximum Durable (RMD). Les scientifiques estiment que le niveau de captures au RMD s’élève à 40 000 tonnes (34 000 tonnes pêchées en 2015) mais avec une incertitude importante. Il n’existe pas de mesures de conservation ou de gestion. Ce stock est ciblé principalement par les pêcheries palangrières de Taïwan, de Chine et d’Indonésie et fût très ciblé ces dernières années par la piraterie dans la région ouest de l’océan Indien.

 

Le thon, c’est bon, et le thon blanc, c’est excellent !

Ce slogan des années 80 invitait les consommateurs français à manger plus de thon, notamment plus de germon frais en été. L’armement des navires en chalutiers pélagiques a fait suite à l’abandon de la canne et du filet maillant dérivant. La qualité du thon pêché au chalut pélagique est nettement insuffisante (le poisson est écrasé dans le cul de chalut) pour répondre aux exigences du marché du frais.
Très souvent, l’inadéquation entre les produits débarqués (volumes trop importants de poissons très abîmés) et les besoins du marché entraînent une chute des prix à la première vente (criée) et le retrait du produit du marché du frais. Parallèlement, la forte demande de thon frais de qualité fait appel aux produits d’importation. Aujourd’hui, une grande partie du thon germon débarqué en France métropolitaine est destinée aux conserveries espagnoles et, dans une moindre mesure, françaises.

En 2016, la Belgique a importé 318 tonnes de thon blanc (dont 82 % depuis l’Allemagne) : 303 tonnes sous forme fraîche et réfrigérée, 15 tonnes sous forme congelée.

 

 

 

 

À RETENIR

  • Le thon germon provenant de l’océan Indien et d’Atlantique (Nord et Sud) peut être recommandé (stocks pleinement exploités à des niveaux estimés durables).
  • Le thon germon provenant du Pacifique (Nord et Sud) et de Méditerranée est à consommer avec modération (en raison de la faiblesse des modes de gestion mis en oeuvre sur ces stocks).
  • Évitez le thon germon pêché sur DCP (dipositif de concentration de poissons).
  • Le thon germon de ligne est très apprécié des connaisseurs.
  • Dix pêcheries de thon germon sont certifiées MSC. Neuf opèrent dans le Pacifique et une en Atlantique Nord-Est (pêcherie espagnole).