Hareng | Guide des espèces

Hareng

Clupea harengus


www.guidedesespeces.org/fr/hareng
  • Atlantique Nord-Est 
  • Atlantique Nord-Ouest
  • Chalut pélagique
  • Filet maillant
  • Senne tournante
  • Aucun élevage

 


Dernière mise à jour : janvier 2022

 

 

BIOLOGIE  

  • FAMILLE : Clupéidae.
  • TRAITS DISTINCTIFS : Corps fuselé, dos bleuâtre, ventre argenté, mâchoire inférieure légèrement saillante.
  • HABITAT : Espèce pélagique qui vit de la surface jusqu’au fond sur tout le plateau continental (de la côte à 200 m de profondeur).
  • ALIMENTATION : Larves de poissons, petits crustacés.
  • MATURITÉ SEXUELLE : Atlantique Nord-Est : 22 cm (3 ans). Atlantique Nord-Ouest : 26 cm (5 ans).
  • PÉRIODE DE FRAI : Du printemps (frai printanier) jusqu’en automne début de l’hiver (frai automnal), selon les régions.
  • LONGÉVITÉ : 10 ans.

Le hareng fréquente les eaux de l'Atlantique Nord-Est (des eaux islandaises (à l’ouest) à la mer de Barents (à l’est) jusqu’au golfe de Gascogne au sud) et de l'Atlantique NordOuest.

Il suit les migrations verticales du plancton (au fond le jour, à la surface la nuit).

 

Cette espèce à croissance rapide joue un rôle fondamental dans la chaîne trophique marine car elle constitue une proie importante pour les poissons plus gros, tels que le cabillaud et le lieu noir, ainsi que pour les baleines et les oiseaux marins.

 

Le hareng peut être confondu avec le sprat. Il s’en distingue par la position de sa nageoire dorsale dont l’origine se situe en avant des nageoires pelviennes.

 

PÊCHE

Le hareng est l'une des espèces les plus pêchées au monde. Ses fortes concentrations au moment du frai ont de tout temps attiré les pêcheurs dans de vastes campagnes saisonnières de pêche. Cette espèce est exploitée intensivement pour la consommation humaine et accessoirement pour la fabrication d’huile et de farine destinées à l’alimentation animale (aquatique et terrestre). En 2018, 1 820 173 tonnes ont été débarquées au niveau mondial (92 % en provenance de l’Atlantique Nord-Est et 8 % de l’Atlantique Nord-Ouest). Le principal pays pêcheur de hareng au monde est la Norvège. La France a débarqué 31 895 tonnes (provenant quasi exclusivement du stock de mer du Nord, Skagerrak, Kattegat et Manche Est) et la Belgique 32 tonnes.

 

 

 

 

ÉTAT DES STOCKS 

 

 

Stock en bon état (non dégradé et non surpêché) :

  • Mer d’Irlande
    • Biomasse reproductive largement supérieure au seuil de durabilité.
    • Taux d’exploitation largement inférieur au niveau du RMD (2).
    • Avis scientifique (approche au RMD) : limite de captures pour 2021 (≤ 7 341 t), < à l’avis pour 2020.
  • Golfe de Riga
    • Biomasse reproductive en augmentation, très largement supérieure au niveau de durabilité.
    • Taux d’exploitation inférieure au niveau du RMD.
    • Avis scientifique (plan de gestion) : limite de captures au RMD pour 2021 (35 771 t), > à l’avis pour 2020.

Stocks non dégradés mais surpêchés :

  • Atlanto-scandien
    • Biomasse reproductive en diminution depuis 2008, juste au-dessus du seuil de durabilité.
    • Taux d’exploitation en augmentation depuis 2015, supérieur au niveau du RMD.
    • Avis scientifique (plan de gestion) : limite de captures pour 2021 (≤ 651 033 t), > à l’avis pour 2020.

Stocks reconstituables (ou en reconstitution)* :

  • Mer du Nord, Skagerrak, Kattegat et Manche Est
    • Biomasse reproductive en diminution, très légèrement inférieure au seuil de durabilité.
    • Taux d’exploitation inférieur au niveau du RMD depuis 1996.
    • Avis scientifique (approche au RMD) : limite de captures pour 2021 (≤ 365 792 t), < à l’avis pour 2020.
  • Islande
    • Biomasse reproductive en diminution, inférieure au seuil de durabilité et proche du seuil d’effondrement.
    • Taux d’exploitation inférieur au niveau du RMD.
    • Avis scientifique (plan de gestion) donné par l’institut islandais*** : limite de captures pour 2020/2021 (≤ 35 490 t ), > à l’avis pour 2019/2020.

Stock dégradé et surpêché:

  • Skagerrak, Kattegat et Ouest Baltique
    • Biomasse reproductive en diminution, inférieur au seuil d’effondrement. Taux d’exploitation en diminution, mais encore largement supérieur au niveau du RMD. Avis scientifiques (approche au RMD) : les scientifiques recommandent aucune capture depuis 2019.
  • Mer Baltique centre
    • Biomasse reproductive en diminution, juste au-dessus du seuil de durabilité.
    • Taux d’exploitation largement supérieur au niveau du RMD.
    • Avis scientifique (plan de gestion) : limite de captures au RMD pour 2021 (111 852 t), < à l’avis pour 2020.

Stocks effondrés :

  • Ouest Écosse et Ouest Irlande
    • Biomasse reproductive très faible, en forte baisse depuis 2004. Avis scientifiques (approche de précaution) : les scientifiques recommandent aucune capture depuis 2016.
  • Mer d’Irlande, mer Celtique et Sud-Ouest de l'Irlande
    • Biomasse reproductive inférieure au seuil d’effondrement.
    • Taux d’exploitation en diminution, mais encore largement supérieur au niveau du RMD.
    • Avis scientifiques (approche au RMD) : les scientifiques recommandent aucune capture depuis 2020.

Stock non classifié :

  • Golfe de Botnie
    • Manque de données pour cette zone. Débarquements supérieurs à la moyenne depuis plusieurs années. Avis scientifique pour 2021 (approche de précaution) : même limite de captures que pour 2020 (≤ 65 018 t), < à l’avis pour 2019.

Atlantique Nord-Ouest (stocks canadiens, zone de pêche FAO 21) : tant le stock des reproducteurs de printemps (frai printanier) que celui des reproducteurs d’automne (frai automnal) sont caractérisés par une diminution de leur biomasse et par des faibles recrutements probablement liés à des températures de l’eau non optimales et à des changements dans la composition et l’abondance des populations de copépodes. Le taux de mortalité par pêche des deux stocks est faible.

 

GESTION DES STOCKS 

Atlantique Nord-Est

  • En plus des TAC (1) définis pour toutes les zones et des tailles minimales de captures, des plans de gestion existent pour les stocks suivants :

    • Atlanto-scandien : plan de gestion mis en place en 2018, par l’UE, les îles Féroé, la Russie, la Norvège et l’Islande. Plan revu tous les cinq ans.
    • Mer du Nord, Skagerrak, Kattegat et Manche Est : ce stock a souffert d’un recrutement faible au début des années 2000 avec un risque de réduction de la capacité de reproduction. En conséquence, l’UE et la Norvège ont défini un plan d’aménagement de la pêcherie en 2008.
    • Stock Skagerrak, Kattegat et Ouest Baltique, stock golfe de Riga, stock golfe de Botnie, stock mer Baltique centre : ces quatre stocks sont inclus dans le « plan pour les stocks de cabillaud, de hareng et de sprat de la mer Baltique », approuvé par l’UE en 2016 et mis à jour en 2019. Le stock Skagerrak, Kattegat, Ouest-Baltique est partagé entre l’UE et la Norvège ; la Norvège n’a pas ratifié ce plan. Le stock mer Baltique centre est partagé entre l’UE et la Russie mais aucun plan de gestion n’a été mis en place par la Russie.

 

Atlantique Nord-Ouest 

  • Des TAC distincts pour la composante de reproducteurs de printemps et pour celle de reproducteurs d’automne sont établis pour les stocks canadiens depuis 1985 et attribués par saison de pêche.

 

 

Taille minimale de capture au sein de l’UE :

  • Atlantique Nord-Est : 20 cm
  • Skagerrak et Kattegat : 18 cm
  • Aucune taille minimale n'est définie dans les divisions 3.b-c-d (mer Baltique)

 

TAC ET AVIS SCIENTIFIQUES 

  • Stocks où les TAC suivent les avis scientifiques : Atlanto-scandien (a) ; Islande (a) ; golfe de Botnie (a) ; mer Baltique centre (a) ; mer du Nord, Skagerrak, Kattegat et Manche Est (b) (frai automnal) ; mer d’Irlande (b).
  • Stocks où les TAC ne suivent pas les avis scientifiques : Golfe de Riga (a)* ; Skagerrak, Kattegat et Ouest Baltique (a) (frai printanier) ; Ouest Écosse et Ouest Irlande.

 

Stock mer d'Irlande, mer Celtique et Sud-Ouest de l'Irlande : un TAC est établi pour le hareng capturé dans le cadre des activités de suivi scientifique. Aucune pêche ciblée de hareng n'est autorisée dans ces zones.

* Le TAC établi est supérieur à la limite des captures au RMD mais il est compatible avec la fourchette définie par le plan de gestion.

 

 

CONSOMMATION

Le hareng est commercialisé sous différentes formes : entier ou en filet (frais, fumé et/ou salé) ou encore en marinade. Ses œufs et sa laitance sont également appréciés. Avant la période de frai, le hareng est le plus savoureux, mais aussi le plus gras ; après le frai, il a une chair plus sèche. Le hareng est l'espèce de petits pélagiques la plus consommée dans l’UE. La France importe principalement du hareng fumé en provenance de Norvège et d’Islande.

La Belgique importe du hareng frais et du hareng en conserve principalement des Pays-Bas et de l'Allemagne. Les harengs font partie des dix poissons les plus consommés en Flandre.

 

En raison d’un risque élevé de présence de larves de parasites (Anisakis simplex, Pseudoterranova decipiens), qui, après ingestion, peuvent entraîner chez l’homme des manifestations allergiques ou des douleurs et syndromes sub-occlusifs, le hareng est toujours congelé avant d’être commercialisé. La congélation (- 20 °C pendant 24 heures) permet de tuer les larves.

 

MSC • Neuf pêcheries (en Allemagne, au Danemark, en Estonie, en Finlande, en France (FROM Nord), en Irlande du Nord, en Islande, en Norvège, aux Pays-Bas et en Suède) opérant en Atlantique Nord-Est sont certifiées.

 

 


 

(1) Total admissible de captures

(2) Rendement Maximum Durable

 

* Stock pour lequel le niveau d’exploitation (inférieur à celui permettant le RMD) devrait permettre sa reconstitution si d’autres impacts que la
pêche (pollutions environnementales, changement climatique…) ne compromettent pas sa reconstitution.

** Stocks pour lesquels le niveau d’exploitation (inférieur à celui permettant le RMD) devrait permettre leur reconstitution si d’autres impacts que la pêche (pollutions environnementales, changement climatique…) ne compromettent pas leur reconstitution.

***Marine and Freshwater Research Institute.

 

(a) Analyse faite pour l’année 2021.

(b) Analyse faite pour l’année 2020. En raison du Brexit, les TAC pour 2021 pour les stocks partagés entre le Royaume-Uni et l’UE n’ont pas encore été fixés. Les TAC de 2020 ont été reconduits jusqu’au 31 juillet 2021, en attendant les accords de pêche entre l’UE et le Royaume-Uni. Mises à jour disponibles sur www.ethic-ocean.org.

 

 

ÉLÉMENTS CLÉS

  • Le hareng est exploité intensivement pour la consommation humaine mais également pour la production de produits pour l'alimentation d’animaux d’élevage.
  • En Atlantique Nord-Est :
    • Le stock mer d’Irlande et le stock golfe de Riga sont en bon état.
    • Le stock Atlanto-scandien est surpêché.
    • Le stock mer du Nord, Skagerrak, Kattegat et Manche Est et le stock d’Islande sont reconstituables.
    • La biomasse de ce dernier est proche du seuil d’effondrement.
    • Le stock Skagerrak, Kattegat et Ouest Baltique et celui de la mer Baltique centre (golfe de Riga exclu) sont dégradés et surpêchés.
    • Le stock Ouest Écosse et Ouest Irlande et le stock mer d’Irlande, mer Celtique et Sud-Ouest de l'Irlande sont effondrés.
    • Le stock golfe de Botnie n’est pas classifié (manque de donnés).
  • Les stocks de l’Atlantique Nord-Ouest ne sont pas en bon état.

RECOMMANDATIONS D'ACHATS

À privilégier : stock nord de la mer d’Irlande et stock golfe de Riga.

 

À consommer avec modération : stock golfe de Botnie stock mer du Nord, Skagerrak, Kattegat et Manche Est.

 

Privilégiez les individus ayant une taille > à 22 cm.

 

À éviter : tous autres stocks de l'Atlantique Nord-Est, tous stocks de l'Atlantique Nord-Ouest.