Sébaste | Guide des espèces

Sébaste

Sebastes mentella

Sebastes norvegicus


www.guidedesespeces.org/fr/sebaste

Atlantique Nord-Est :

  • Zone septentrionale baignant la Norvège
  • Islande
  • Groenland

 

Atlantique Nord-Ouest

  • Chalut de fond
  • Filet maillant
  • Ligne
  • Palangre
  • Senne de fond
• Aucun élevage

 


Dernière mise à jour : janvier 2022

 

 

BIOLOGIE

Sébaste du Nord (Sebastes mentella)

 

  • FAMILLE : Scorpaenidae.
  • TRAITS DISTINCTIFS : Corps de couleur rouge vif, comprimé sur les côtés, œil relativement grand, prolongement osseux de la mâchoire long et bien développé.
  • HABITAT : Espèce benthopélagique qui vit entre 300 et 1400 m de profondeur en Atlantique Nord.
  • ALIMENTATION : Invertébrés marins et petits poissons.
  • MATURITÉ SEXUELLE : Individus de la zone pélagique : 29-33 cm (9-12 ans). Individus de la zone benthique : 35-43 cm (14-19 ans).
  • PÉRIODE DE FRAI : De septembre à octobre.
  • LONGÉVITÉ > 60 ans.

 

Autre espèce de sébaste commercialisée sur nos marchés :

 

GRAND SÉBASTE (Sebastes norvegicus)

  • Fréquente les mêmes zones géographiques que Sebastes mentella mais entre 100 et 500 m de profondeur.
  • Sa robe est plutôt orangée.
  • Taille de maturité sexuelle : 35 cm (femelle).

Autres noms :

Sebastes mentella : Sébaste du Nord, dorade-sébaste, rascasse du Nord.

Sebastes norvegicus : Grand sébaste, dorade-sébaste.

 

SÉBASTE N’EST PAS RASCASSE

 

Ce poisson du Grand Nord, le sébaste, se fait parfois passer pour la perle de Méditerranée, la rascasse, au menu des restaurants ou sur l’étal des poissonniers. Seule, l’espèce S. mentella est concernée et l’appellation doit mentionner « rascasse du Nord ».

 

Le sébaste est une espèce d’une grande fragilité biologique, car il a une croissance lente (1-2 cm par an) et une maturité sexuelle tardive. Il faut plus de 14 ans pour obtenir un doublement de population de S. mentella et entre 4,5 et 14 ans pour S. norvegicus.

 

PÊCHE

Le sébaste du Nord (S. mentella) et le grand sébaste (S. norvegicus) sont des espèces commercialement importantes, qui font l’objet d’une capture ciblée par des chalutiers de pêche fraîche ou des chalutiers surgélateurs. Les juvéniles sont ciblés par les filets maillants et les lignes, dans les fjords et les baies côtières. Les deux espèces (S. mentella et S. norvegicus) ont commencé à être exploitées au début des années 60-70 par les îles Féroé et la Pologne. Leur pêche s’est ensuite intensifiée dans les années 90 quand l’Islande, la Norvège et la Russie ont commencé à exploiter leurs stocks. Une trop forte pression de pêche sur ces espèces fragiles a affaibli considérablement leurs stocks, dont certains sont maintenant effondrés.

La quasi-totalité des captures mondiales proviennent de l’Atlantique Nord-Est, en particulier de la zone Arctique Nord-Est. La flotte européenne représente 97 % des débarquements mondiaux de sébastes (124 706 tonnes en 2018). Depuis 2010 sont pêchées en moyenne 60 000 tonnes par an de sébaste du Nord et 55 000 tonnes de grand sébaste.

Les sébastes font par ailleurs l’objet de pêche illégale (pendant les périodes de fermeture de pêche ou dans les zones interdites), qui est estimée à environ 20 % de son commerce.

 

 

 

Les statistiques de la FAO ne font la distinction entre les espèces de sébaste qu’à partir des années 90 pour les principaux pays pêcheurs (Islande, Russie, Norvège). Par ailleurs, des incertitudes existent autour des chiffres URSS/Russie avant 1988.

 

ÉTAT DES STOCKS

 

 

Sébaste du Nord (S. mentella)

 

Stock en bon état (non dégradé et non surpêché) :

  • Nord-Est Arctique (sous-zones 27.1 et 27.2)
    • Les mesures mises en place pour la protection des juvéniles sont efficaces selon les scientifiques.
    • Avis scientifique (approche de précaution) : limite de captures pour 2021 (≤ 66 158 t), en hausse par rapport à l’avis pour 2020.

 

Stock effondré :

  • Islande et Îles Féroé, nord des Açores et est du Groenland (sous-zones 27.5, 27.12 et 27.14) (stock > 500 m de profondeur)
    • Biomasse reproductive inférieure au seuil d’effondrement depuis 2005.
    • Stock surpêché depuis 1993 et taux d’exploitation supérieur au niveau conduisant à l'effondrement depuis 1995.
    • Les scientifiques ne recommandent aucune capture depuis 2017 (approche de précaution).
  • Islande et Îles Féroé, nord des Açores et est du Groenland (sous-zones 27.5, 27.12 et 27.14) (stock < 500 m de profondeur)
    • L’état du stock ne peut pas être évalué avec précision à cause du manque de données mais les scientifiques considèrent que ce stock est effondré.
    • Les scientifiques ne recommandent aucune capture depuis 2017 (approche de précaution).

 

Stock non classifié :

  • Islande et Est du Groenland (sous-zones 5a et 14) (stock de la pente continentale)
    • L’état du stock ne peut pas être évalué avec précision à cause du manque de données, mais l’indice de biomasse est en hausse.
    • Avis scientifique (approche de précaution) : ≤ 12 492 t pour 2020 (pas d’avis pour 2021).
  • Sud-Est du Groenland (division 27.14.b)
    • L’état du stock ne peut pas être évalué avec précision à cause du manque de données.
    • Avis scientifique (approche de précaution) : même limite de captures qu’en 2021 (≤ 914 t).

 

Grand sébaste (S. norvegicus)

 

Stock non dégradé mais surpêché :

  • Islande, îles Féroé, ouest Écosse, nord des Açores et est du Groenland (sous-zones 27.5, 27.6, 27.12 et 27.14)
    • Biomasse reproductive en diminution mais largement supérieure au seuil de durabilité.
    • Taux d’exploitation légèrement supérieur au niveau du RMD (2), mais dans la limite de la fourchette prévue par le plan de gestion.
    • Avis scientifique pour 2021 (plan de gestion) : limite de captures pour 2021 (≤ 38 343 t), en diminution par rapport à l’avis pour 2020.

 

Stock effondré :

  • Nord-Est Arctique (sous-zones 27.1 et 27.2)
    • Ce stock est surpêché. La biomasse reproductive est en baisse depuis une vingtaine d’années et est inférieure au seuil d’effondrement depuis environ 10 ans.
    • Les scientifiques ne recommandent aucune capture depuis 2017 (approche de précaution).

 

Dans l’Atlantique Nord-Ouest, les populations de S. mentella sont reconnues « menacées » par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

 

GESTION DES STOCKS

Sébaste du Nord (S. mentella)

  • Sous-zones 27.1 et 27.2
    • Plusieurs mesures de gestion ont été mises en place par la Norvège et la Russie : fermetures de zones, restrictions sur les prises des juvéniles…).
    • En 2016, 2017 et 2018, les captures réelles ont été supérieures aux avis et au TAC (1). En 2019, les captures ont été inférieures.
  • Sous-zones 27.5, 27.12 et 27.14
    • Aucun TAC commun n’existe pour les stocks de sébaste pélagique peu profond (< 500 m) et pélagique profond (> 500 m).
    • La somme des captures totales de tous les pays pêchant cette espèce dans ces sous-zones a régulièrement largement dépassé les recommandations des scientifiques, en particulier depuis 2017, alors que les scientifiques recommandent aucune capture pour les deux stocks.

 

Grand sébaste (S. norvegicus)

  • Sous-zones 27.1 et 27.2
    • Malgré les recommandations des scientifiques de fermer la pêcherie de cette espèce depuis une quinzaine d'années, 5 800 tonnes sont en moyenne capturées par an (en prises accessoires).
    • Selon les scientifiques, des mesures supplémentaires sont nécessaires pour réduire ces captures.
  • Sous-zones 27.5, 27.6, 27.12 et 27.14
    • Stock couvert par deux TAC : un établi par l'Islande et l'autre par le Groenland. Ce dernier se réfère aux deux espèces de sébastes.
    • Les captures de S. norvegicus ont régulièrement largement dépassé les recommandations des scientifiques. Les TAC établis par l’Islande et le Groenland pour ce stock sont régulièrement supérieures au niveau de captures recommandé par les scientifiques.

 

Taille minimale de capture

 

Dans les eaux sous juridiction européenne, il n’y a pas de taille minimale de capture pour les sébastes.

Les Norvégiens appliquent une taille commerciale minimale de 32 cm et la taille des mailles des filets doit être égale ou supérieure à 120 mm.

 

 

CONSOMMATION

Le sébaste est la plupart du temps commercialisé entier, ou parfois sous forme de filet, frais ou surgelé. Sa chair ferme se prête à plusieurs types de préparation et de cuisson. Le sébaste fait partie des dix premiers poissons frais les plus consommés en Belgique par les ménages.

 

 • MSC • Une pêcherie islandaise de grand sébaste opérant en Atlantique Nord-Est est certifiée.

 

 


 

(1) Total admissible de captures

(2) Rendement Maximum Durable

 

ÉLÉMENTS CLÉS

  • Deux espèces de sébaste sont commercialisées : Sebastes mentella et Sebastes norvegicus.
  • Le seul stock de sébaste en bon état est celui de S. mentella du Nord-Est Arctique. Le stock de S. norvegicus des eaux islandaises et féringiennes, ouest Écosse, nord des Açores et est du Groenland est légèrement surpêché.
  • Le sébaste est caractérisé par une grande fragilité biologique (croissance lente et maturité sexuelle tardive).
  • La plupart des stocks de sébaste subissent une importante pêche illégale.

RECOMMANDATIONS D'ACHATS

➜ À consommer avec modération

  • S. mentella du stock Nord-Est Arctique (stock en bon état mais captures réelles souvent supérieures aux TAC et/ou aux avis scientifiques).
  • S. mentella du stock sud-est du Groenland et du stock Islande et est du Groenland.
  • S. norvegicus du stock des eaux islandaises et féringiennes, ouest Écosse, nord des Açores et est du Groenland.

 

➜ Privilégiez les individus ayant une taille > à 43 cm (S. mentella), > à 35 cm (S. norvegicus), ou les grands filets issus d’individus matures ayant eu le temps de se reproduire.

 

➜ Renseignez-vous sur la provenance de votre poisson, afin d’éviter les produits issus de la pêche illégale.

 

➜ À éviter :

  • S. mentella des stocks des eaux islandaises et féringiennes, nord des Açores et est du Groenland S. norvegicus du stock Nord-Est Arctique.
  • Tous stocks de S. mentella et S. norvegicus en provenance de l’Atlantique Nord-Ouest.