Turbot | Guide des espèces

Turbot

Scophthalmus maximus


www.guidedesespeces.org/fr/turbot
  • Atlantique Centre-Est
  • Atlantique Nord-Est
  • Mer Méditerranée
  • Mer Noire
  • Chalut de fond
  • Chalut à perche
  • Trémail
  • Bassin à terre

 


Dernière mise à jour : janvier 2022

 

 

BIOLOGIE

  • FAMILLE : Scophthalmidae.
  • TRAITS DISTINCTIFS : Corps aplati latéralement avec un contour circulaire, couleur allant généralement de grisâtre à brun avec des taches sombres, yeux sur le côté gauche, peau pourvue de tubercules osseux.
  • HABITAT : Espèce benthique qui vit sur les fonds sableux ou sur des gravières, de 10 à 250 m de profondeur. Elle vit en Atlantique Est, (de la Norvège au Maroc) en Méditerranée et en mer Noire.
  • ALIMENTATION : Principalement poissons et dans une moindre mesure crustacés et céphalopodes.
  • MATURITÉ SEXUELLE : Manche, mer du Nord et mer Baltique : 35 cm (4-5 ans/femelle), 25 cm (3 ans/mâle).
  • PÉRIODE DE FRAI : Atlantique Nord-Est : de mai à juillet.
  • LONGÉVITÉ : 25 ans.

  

Poissons plats et période de frai

 

Pendant la période de frai, les femelles capturées sont grainées (les œufs n'ont pas eu le temps d'éclore en mer), la chair est molle et difficile à travailler. Ainsi, les pertes de matière sont importantes entraînant un gaspillage inutile et une faible valorisation économique.

 

 

PÊCHE

Le turbot est une espèce à haute valeur commerciale, principalement capturée comme prise accessoire par des pêcheries ciblant la plie et la sole. Le turbot est principalement exploité par des chalutiers de fond ou des trémailleurs (filets fixes à grandes mailles ou filets fixes côtiers selon la période de l’année).

La flotte européenne représente 96 % des débarquements mondiaux de turbot (5 118 tonnes en 2018). La quasi-totalité des captures mondiales provient de l’Atlantique Nord-Est (première zone d'approvisionnement du marché européen) et principalement du stock de la mer du Nord. La France pêche le turbot essentiellement en Manche et en mer Celtique ; la Belgique en mer du Nord et Manche Est.

Le turbot est une espèce importante, en termes de captures, pour la flotte belge (454 tonnes en 2018). Le turbot est une des espèces les plus chères sous criée où elle se vend aux alentours de 17 €/kg en France et de 11,5 €/kg en Belgique à la première vente.

 

 

 

AQUACUTLURE

L’élevage de turbot se pratique dans des bassins à terre, alimentés par de l’eau de mer. Entre 26 et 30 mois sont nécessaires pour obtenir un poisson d’un poids commercial.

La production a débuté dans les années 70 en Écosse, puis s’est développée en Espagne et en France. L’Espagne est de loin le premier producteur européen, responsable de 95 % de la production européenne (en 2018). Le record mondial en termes de production a été enregistré en 2013 avec 82 526 tonnes. La Chine, qui a débuté l’élevage de cette espèce dans les années 2000, domine désormais le marché mondial (86 % de la production mondiale de turbot d’élevage en 2018).

L’alimentation destinée au turbot, poisson carnivore, comporte des farines et de l’huile de poisson qui sont majoritairement produites à partir de petits poissons pélagiques sauvages.

 

 

ÉTAT DES STOCKS

 

 

Stock non dégradé mais surpêché :

  • Mer du Nord (sous-zone 27.4)
    • Biomasse reproductive stable après hausse entre 2005 et 2017 et supérieure au seuil de durabilité.
    • Taux d’exploitation fluctuant et très légèrement supérieur au niveau permettant le RMD (2).
    • Avis scientifique (approche au RMD) : limite de captures pour 2021 (≤ 3 948 t), en diminution par rapport à l’avis pour 2020.
  • Skagerrak et Kattegat (division 27.3.a)
    • Biomasse reproductive stable et largement supérieure au seuil de durabilité.
    • Taux d’exploitation en augmentation et légèrement supérieur au niveau permettant le RMD.
    • Les scientifiques, à la demande de la Commission européenne, ne font plus de recommandations pour ce stock depuis 2019.

Stock dégradé et surpêché :

  • Mer Noire (division 37.4.2)
    • État de référence de la biomasse reproductive inconnu et par conséquent biomasse considérée comme dégradée (principe de précaution).
    • Taux d'exploitation largement supérieur au niveau du RMD.

Stock non classifié :

  • Mer Baltique (divisions 27.3.b, 27.3.c et 27.3.d)
    • Les données disponibles ne permettent pas de dresser un bilan précis de l’état du stock, mais l'indice d'abondance du stock est globalement en augmentation.
    • Les scientifiques, à la demande de la Commission européenne, ne font plus de recommandations pour ce stock depuis 2018.

Stock non évalué :

  • Mer Méditerranée, Mer Noire, Mer de Marmara et mer d'Azov
    • État inconnu.

 

GESTION DES STOCKS

Atlantique Nord-Est

La pêche au turbot est encadrée par :

  • Une taille minimale de capture uniquement en mer Baltique.
  • Un TAC (1) uniquement en mer du Nord et en mer de Norvège, qui inclut le turbot et la barbue.

Par ailleurs, les mesures de gestion visant les pêcheries mixtes de poissons plats ont aussi une influence positive sur les populations de turbots

 

Mer Noire

La pêche au turbot est soumise à un TAC. De plus, les navires de pêche de l’UE ne peuvent pas pêcher du turbot plus de 180 jours par an et l’activité de pêche est complètement interdite du 15 avril au 15 juin.

Les pêcheries exploitant le turbot sont d’une grande importance socio-économique pour tous les pays riverains de la mer Noire.

 

 

Taille minimale de capture au sein de l’UE

  • Mer Baltique : 30 cm
  • Mer Noire : 45 cm

 

Obligation de débarquement

 

En Europe, dans le cadre de l’obligation de débarquement en mer du Nord qui vise à limiter les rejets de captures en mer, une exception peut s’appliquer aux captures de turbot réalisées par des chaluts à perche présentant un cul de chalut d’un maillage supérieur à 80 mm dans la sous-zone CIEM 27.4. Cette exemption est basée sur le fait que l’espèce présenterait une bonne capacité de survie si elle est libérée immédiatement. Cette exemption était appliquée à titre provisoire jusqu’au 31 décembre 2020, elle est en cours de révision.

 

 

CONSOMMATION

Le turbot est commercialisé principalement frais en entier, en filet ou en pavé (tronçon vertical). Le goût délicat de ce poisson et sa rareté expliquent son prix de vente élevé. Le turbot est une espèce très prisée en France et en Belgique. Le turbot d’élevage est traditionnellement commercialisé frais entier, autour de 1,5 à 2 kg.

La France importe du turbot frais principalement d’Espagne (élevage), des Pays-Bas (pêché en mer du Nord) et du Danemark (pêché en mer Baltique). La Belgique importe du turbot frais en provenance des Pays-Bas et du turbot congelé en provenance de France.

 

 

 


 

(1) Total admissible de captures

(2) Rendement Maximum Durable

 

 

 

 

 

ÉLÉMENTS CLÉS

  • La production mondiale de turbot d’élevage dépasse celle de la pêche.
  • Le stock sauvage de la mer du Nord, ainsi que celui de Skagerrak et Kattegat sont légèrement surpêchés, mais leur biomasse est en bon état.
  • L’état du stock de turbot en mer Baltique n’est pas connu avec précision (manque de données).
  • La production de turbot d’élevage demande une quantité importante de farine et d'huile de poissons sauvages.

À SAVOIR

➜ TURBOT SAUVAGE

  • À consommer avec modération : stock mer du Nord, stock Skagerrak et Kattegat, stock mer Baltique, stocks de Méditerranée.
  • Privilégiez les individus ayant une taille > à 35 cm, ou les grands filets/pavés issus d’individus matures ayant eu le temps de se reproduire.
  • À éviter : stocks de la mer Noire et les individus en provenance de la mer de Marmara et de la mer d'Azov (par principe de précaution vue la situation générale dégradée en mer Noire).
  • Évitez la consommation de turbot sauvage pendant sa période de frai (de mai à juillet en Atlantique Nord-Est).

 

➜ TURBOT D’ÉLEVAGE

  • Vérifiez les conditions de production avant tout achat.